Le respect de votre vie privée est notre priorité

Le cookie ou fichier témoin est un petit fichier d’information stocké dans votre navigateur chaque fois que vous visitez notre page web.

Les cookies sont utiles car ils enregistrent l’historique de votre activité sur notre page web. Ainsi, lorsque vous revenez sur la page, celle-ci vous identifie et configure son contenu sur la base de vos habitudes de navigation, votre identité et vos préférences.

Vous pouvez accepter les cookies ou bien les refuser, les bloquer ou les effacer, à votre convenance. Pour ce faire, vous pouvez choisir parmi l’une des options proposées sur la présente fenêtre ou bien encore et le cas échéant, en configurant votre navigateur.

Si vous refusez les cookies, nous ne pouvons pas garantir le bon fonctionnement des différentes fonctionnalités de notre page web.

Pour en savoir plus, veuillez lire le rubrique INFORMATIONS COOKIES sur notre page web.

 
Au quotidien / Les défis sportifs

Les chemins noirs

Lundi 24 décembre 2018

S’échapper à 5h30 à la frontale pour un trail solitaire sur « les chemins noirs » de Haute Loire. Je croise les sentiers de Saint Jacques de Compostelle en aval du Puy en Velay, j’alterne entre routes et GR. Les Sucs affleurent à 1000 mètres d’altitude; Suc d’Echacouse, Suc de Ceneuil, Suc de Bartou, Suc d’Emeral. Le village de la Roche en Reigner dépassé, mes pas se perdent, inexorablement, en pénétrant la Forêt de Miaune. J’abandonne la nuit et plonge vers les gorges de la Loire. A l’unique café de Chamalières-sur-Loire, je m’adosse un peu hagard au comptoir. La patronne m’accueille, un bonnet de Noël vissé sur sa tête hirsute. Je commande un café à 1€20. 

Quatre retraités attablés se racontent leur soirée télévisée. L’un s’exclame « Canal 102 je te dis, TV Mont Blanc ! J’ai regardé un reportage extraordinaire sur une course à la Réunion. La diagonale des fous. Et aussi une course autour du Mont Blanc qui parcourt trois pays. Ils filment avec des hélicoptères, c’est beau». Soudain un silence s’invite, ils me toisent, et le même d’ajouter « Mais tiens, vous courez vous aussi ? Vous avez leur sac à dos». 

En ressortant, le froid s’immisce dans l’instant et je reprends mon rythme lent. Il reste une dernière montée de cinq kilomètres. Un pommier blanchi, recouvert de lichen apparaît sur la gauche. Des pommes rouges écarlates contrastent avec les couleurs gris humide du matin telles des boules de Noel. Du gui se dévoile au cœur des branches. Mais je n’ai personne à embrasser.

Plus haut, M Brenas, fermier du hameau de Pieyres, dégage un sentier au tracteur. « Vous allez où ? » Il réfléchit derrière ses yeux bleus usés et ne me reconnait pas, habillé d’orange Craft, de rouge Salomon, de noir Gore Tex...

Eric Valour lui s’affaire devant la ferme de ses parents avec son frère aîné et son fils. Ils fendent du bois... Il me reste cinq cents mètres à parcourir et boucler mon échappée de 35km et plus de 1000 mètres de dénivelé en basse intensité. Je n’aurais trouvé que très peu de déchets, une capsule Heineken, un paquet froissé de cigarettes, une nature préservée. Dix heures du matin résonne aux églises romanes du Velay, la pluie est proche, il est alors temps de rejoindre les rires et le bruit de la fête. Et de se préparer à la veillée de ce Noël 2018.

Voir aussi