Le respect de votre vie privée est notre priorité

Le cookie ou fichier témoin est un petit fichier d’information stocké dans votre navigateur chaque fois que vous visitez notre page web.

Les cookies sont utiles car ils enregistrent l’historique de votre activité sur notre page web. Ainsi, lorsque vous revenez sur la page, celle-ci vous identifie et configure son contenu sur la base de vos habitudes de navigation, votre identité et vos préférences.

Vous pouvez accepter les cookies ou bien les refuser, les bloquer ou les effacer, à votre convenance. Pour ce faire, vous pouvez choisir parmi l’une des options proposées sur la présente fenêtre ou bien encore et le cas échéant, en configurant votre navigateur.

Si vous refusez les cookies, nous ne pouvons pas garantir le bon fonctionnement des différentes fonctionnalités de notre page web.

Pour en savoir plus, veuillez lire le rubrique INFORMATIONS COOKIES sur notre page web.

 
Au quotidien / Les défis écologiques

Guillaume Néry en apnée parmi des cachalots endormis

Mercredi 13 février 2019

Guillaume Néry, champion du monde d'apnée, fait aussi des films sous l'eau, en plongée, dans une esthétique qui n'a rien à voir avec le film documentaire sous-marin. Il raconte les coulisses de la scène clé de son dernier film en date : "One breath around the world", quand il danse dans l'océan avec les cachalots.

"Ce que je veux raconter, c’est une odyssée, c’est-à-dire arriver à replacer l’humain comme faisant partie du monde aquatique. La scène centrale, celle qui a motivé tout le voyage, c’est la scène que j’appelle « la scène des monolithes », ce sont les cachalots qui se mettent en chandelle. C’est une position pendant laquelle ils sont en train de dormir, de se reposer. Je pense que je l’ai rêvée plusieurs fois parce qu’elle est à mi-chemin entre l’aquatique et le spatial. Et je voulais absolument avoir ce moment où je disparais derrière un monolithe et je réapparais comme si j’étais sur une autre planète, et je n’ai pas arrêté de penser profondément et d’espérer cette collaboration de la nature, parce que c’est une collaboration.

Retrouver la vidéo et écouter l'intégralité de l'emission diffusée sur France Culture en suivant ce lien ou en cliquant sur la photo ci-dessous.



 

Voir aussi